28.8 C
Port-au-Prince
18 juin 2021
HAITI

L’église catholique annonce trois jours d’arrêt de travail

© %author%

Dans une note portant la signature de plusieurs évêques et celle du Cardinal Chibly Langlois, les évêques catholiques haïtiens ont annoncé, une fois de plus, la fermeture de ses écoles, universités et institutions pendant trois jours à compter de ce 21 avril. Cette décision prise une semaine après le premier arrêt de travail vise à protester contre l’enlèvement de 10 personnes dont des religieux il y a environ une semaine.

« Dix jours aux mains des ravisseurs, c’en est assez. Malgré les appels de l’Église, des évêques, des prêtres, des religieuses, des fidèles laïcs et des organisations de la société civile en Haïti et à l’étranger, les otages ne sont pas encore libérés. Ils sont encore entre les mains des bandits qui, semble-t-il, n’écoutent pas la voix de la raison », lit-on dans la note.

C’est dans cette optique que les évêques renouvellent leur mouvement d’arrêt de journée de travail mais cette fois, pour trois jours. « De concert avec la CHR, nous avons décidé encore une fois que les écoles catholiques, presbytérales et congréganistes, les universités et d’autres institutions catholiques (excepté les hôpitaux et centres de santé) observent un arrêt de travail de 3 jours: les 21, 22 et 23 avril », a annoncé les évêques dans la note datée du 20 avril.

Les évêques ont décidé de procéder comme ils l’ont fait jeudi dernier mais à quelques différences près. L’arrêt de travail étant pris entre autres pour prier pour la libération des otages et de celle du pays, les deux premiers jours seront donc consacrés à cela soit dans la matinée ou dans l’après-midi. Le dernier jour, les cloches retentiront à compter de midi dans toutes les églises.

La dernière fois que l’église catholique ait pris la décision d’entamer un arrêt de travail soit le 15 avril dernier en guise de protestation contre le flot de kidnapping dans le pays, une bonne partie du secteur privé l’avait suivi en décidant de fermer les portes de leurs entreprises pour dire non à l’insécurité. Pour l’instant, aucune entité n’a pas encore décidé de suivre leur rythme pour ce nouvel appel à l’arrêt de travail.

Related posts

Kiyès ki ka bloke Micky ?

Larissa Magloire Janvier

Me Wilfrid Larivière, convoqué à la direction de l’Inspection judiciaire

FlashInfo

Assassinat de l’entrepreneur Patrick Thébaud

Marie Fillette Guerlie Edouard

Leave a Comment