28.8 C
Port-au-Prince
18 juin 2021
HAITI

RACHELLE C. CADET, LA NOUVELLE PRÉSIDENTE NATIONALE DE LA JCI HAITI

© %author%

Le 29 novembre dernier se sont tenues à la JCI Haiti les élections présidentielles. Les membres ont élu une jeune femme fougueuse de 32 ans, la jacmélienne Rachelle Charles Cadet. A travers la fonction de Présidente Nationale de la Jeune Chambre Internationale (JCI) Haiti, elle s’adonne à inspirer les jeunes femmes de la structure à s’engager un peu plus dans le développement de leur communauté respective.

lundi 21 décembre 2020

DOFEN NEWS

WOMEN’S NEWS – ENFÒMASYON SOU FANM – L’ACTUALITÉ AU FÉMININ – NOTICIAS DE MUJERPrimary MenuRechercher :

  • HOME
  • PORTRAITS
  • RACHELLE C. CADET, LA NOUVELLE PRÉSIDENTE NATIONALE DE LA JCI HAITI
© %author%

PORTRAITS

RACHELLE C. CADET, LA NOUVELLE PRÉSIDENTE NATIONALE DE LA JCI HAITI

By Diane Bissereth / lundi 21 décembre 2020

facebook sharing button
twitter sharing button
email sharing button
sms sharing button
sharethis sharing button
whatsapp sharing button

Le 29 novembre dernier se sont tenues à la JCI Haiti les élections présidentielles. Les membres ont élu une jeune femme fougueuse de 32 ans, la jacmélienne Rachelle Charles Cadet. A travers la fonction de Présidente Nationale de la Jeune Chambre Internationale (JCI) Haiti, elle s’adonne à inspirer les jeunes femmes de la structure à s’engager un peu plus dans le développement de leur communauté respective.

Mère et citoyenne soucieuse du sort de sa communauté, Rachelle a intégré la Jeune Chambre Internationale (JCI) en 2012 suite à la première Convention Nationale qui est l’un des plus grands évènements de l’entité au cours de laquelle elle propose à ses membres une panoplie de formations, d’opportunités extraordinaires pour faire du réseautage et l’occasion de découvrir les plus beaux coins et recoins du pays à travers le tourisme dit local.

Durant les mois qui ont suivi son intégration, elle s’est vite imprégnée de la culture de l’organisation et n’a pas mis longtemps pour grimper les échelons. Son parcours se résume ainsi : Vice-Présidente Développement en 2013, Secrétaire Générale en 2014, Vice-Présidente Communication en 2015, Vice-Présidente Exécutive en 2016, Présidente Locale en 2017, Vice-Présidente de la Zone Sud 2018, Conseiller Juridique Nationale 2019.

Aujourd’hui, celle qui est Travailleuse sociale de formation et de profession, est la Présidente Nationale de la JCI Haiti. Elle a été élue à l’unanimité dans la soirée du 29 Novembre 2020 lors de l’Assemblée Générale Elective réalisée au Cap Haïtien dans le cadre de sa Convention Nationale 2021. Et Rachelle Charles Cadet a bien l’intention de marquer l’entité qu’elle dirige durant son mandat qui dure une année.

Méticuleuse, sociable et procrastinatrice sur les bords, son élection lui fait ressentir bien des sentiments. « C’est gratifiant, excitant et effrayant en même temps. Gratifiant parce que ces votes en ma faveur représentent une confiance en mon engagement et mes compétences. Excitant parce que c’est le plus haut niveau de leadership de l’organisation, c’est une occasion inestimable de grandir, d’apprendre et de vivre de grandes et belles expériences. Effrayant parce que les défis sont énormes, les difficultés nombreuses avec beaucoup d’attentes et de personnes qui m’attendent au tournant. C’est aussi un challenge personnel que je souhaiterais évidemment réussir. » confie la leader-née qui a de l’expérience dans la Protection de l’enfance, la gestion des risques et désastres ainsi que le renforcement institutionnel. 

Tout aussi déterminée que travailleuse et ambitieuse, Rachelle Charles Cadet envisage que son équipe et elle mettront tout en œuvre pour avoir d’ici le mois de décembre 2021 une JCI restructurée, plus transparente. Elle espère aussi qu’elle devienne le vecteur même de la promotion de l’entrepreneuriat.

Et quand, le moment venu, elle devrait donner un conseil à des jeunes femmes qui souhaitent impacter et faire la différence mais qui redoutes les obstacles, elle leur dirait : « Les problèmes auxquels nous faisons face sont nombreux et peu de personnes s’engagent alors que les recours s’amoindrissent de jours en jours. Je les inviterais à analyser leur communauté, identifier une action à poser dépendamment des ressources qu’elles ont à leurs dispositions. Nombreuses sont celles qui souhaitent un changement. Alors en plus d’exiger de l’Etat le respect de nos droits, nous devons travailler afin d’incarner ce changement, prendre à cœur nos devoirs de citoyennes, nous engager à servir et impacter nos communautés respectives. »

Related posts

Le collège Canado Haïtien suspend toutes ses activités scolaires jusqu’à la semaine prochaine

FlashInfo

FAAFVV en solidarité avec les femmes de Bel-Air à l’occasion de la fête des mères

Herline Clerdade J. Prud'homme

La FASCH condamne le kidnapping de Youry Valéry Léonard Dérival

Gerole Midy

Leave a Comment