Home CULTURE « Ou fè m twòp », quand Blondedy Ferdinand dénonce les relations toxiques