24.8 C
Port-au-Prince
4 août 2021
HAITI

Rankont Sou Listwa a présenté un plaidoyer pour la protection de l’envronnement

© %author%

Ce samedi 29 mai 2021, la Fondasyon Félicitée a reçu l’ingénieur-agronome Jean Camille Bissereth et l’agronome Mulfort Rony à RSL (Rankont Sou Listwa). Ils intervenaient sous le thème « Poukisa leta ak sosyete sivil lan pa rive met tèt ansanm pou yo pwoteje anviwònman ».

Nous sommes à carrefour Clercine, plus précisément à village Théodat. Une localité résidentielle qui se trouve dans le secteur. En plein air, sous un manguier, se réunissait une dizaine de personnes parmi lesquelles se trouvaient deux hommes dotés d’une grande compétence en agronomie.
L’ingénieur agronome Jean Camille Bissereth, directeur exécutif du Centre pour la Promotion de l’Agriculture et la Protection de l’Environnement (CEHPAPE) et l’agronome Mulfort Rony. Ensemble, ils discutaient des problèmes environnementaux.

L’environnement a été présent dans toutes les phases de cette discussion. M.Bissereth pense que sur le plan environnemental, Haïti est un pays aux multiples facettes. Toutefois, il indexe l’état qui, selon lui, n’a jamais pris en compte cet aspect de notre territoire. << Tout est beau en Haïti, le pays est riche. Seulement, nous avons des dirigeants qui font des choix purement économiques, au détriment des richesses de notre territoire >>, déplore t-il.

Nous vivons dans un pays montagneux et nous avons un ‘’ système-écotouristique ‘’ naturel. Le directeur exécutif du CEHPAPE pense que nous avons un grand problème d’éducation environnementale. << Le pays possède 75 % de mornes et 25 % de plaines. Les gens doivent comprendre l’importance de l’environnement. Nous devons former de véritables défenseurs de la nature, parce que nous avons un vrai problème de leadership>>, suggérait-il tout en brandissant dans sa main droite le livre populaire de Henri Dorléans, ‘’ Change-toi toi-même et change ton pays ‘’.

L’agronome Mulfort qui était assis à côté de son collègue, a commencé son élocution par un événement auquel le pays était confronté, il y a de cela plusieurs décennies. << L’une des choses que je trouve scandaleuse est l’abattage du cochon créole en Haïti. Je ne dis pas que la maladie n’existait pas, mais je pense tout simplement que l’abattage du cochon créole n’était pas la seule solution >>, expliquait Mulfort, qui faisait référence à la peste porcine africaine qui avait décimé le cheptel porcin haïtien dans les années 70.

L’agronome explique que la construction d’une bonne société dépend des personnes qui créent cette société. Il pense que nous n’irons pas plus loin si le peuple haïtien n’est pas formé. <<  Dans le pays, nous formons des bandits alors qu’on devrait chercher des solutions pour améliorer la vie des gens >>, déclare l’agronome Mulfort qui pense que nous pouvons toujours faire le bon choix.

Cette rencontre avait eu lieu dans les locaux de la Fondasyon Felicitée. Elle avait permis au gens qui y assistait de comprendre le réel danger qui se cache derrière la mauvaise gestion de l’environnement en Haïti.

Related posts

Bagèt Sant Dans a rendu un hommage à l’immense Vivianne Gauthier

Darline Honoré

Haïti Coronavirus: L’ancien sénateur de la République Maxime Roumer vient de rendre son dernier souffle

Jeff Thes

« Zak asasinay sou Antoinette Duclaire a se yon bagay pouvwa planifye », dixit Fernando Duclaire

Jeff Thes

Leave a Comment