24.8 C
Port-au-Prince
4 août 2021
HAITI

Une première bougie pour «Bra Fanm»

© %author%

Malgré les différentes crises politiques, économiques et sociales auxquelles fait face le pays, certains jeunes ne chôment pas. Ils s’engagent pleinement à s’investir dans des activités positives pour la bonne marche de notre société. À l’initiative d’Émilie Marcelin, un groupe de jeunes dans la cité de Nissage Saget ont créé en 2020: « Bra Fanm», une organisation féministe qui œuvre dans la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes. Cette structure vient de souffler sa première bougie le 19 juin dernier.

En raison de la covid19, les responsables n’ont pas pu célébrer cet anniversaire comme elles l’auraient souhaité mais elles ont quand même marqué la date. Toute une série de formations ont été organisées dans les locaux du Complexe Éducatif Franck Mésidor dans l’objectif de faire comprendre aux jeunes l’importance du mouvement féministe. Bra Fanm continue à marquer la naissance de l’organisation et ceci durant tout le mois de juin à travers des publications de poèmes et des extraits de roman sur toutes les pages des réseaux sociaux de l’organisation.

« Bra Fanm », cette structure qui se donne pour mission de défendre les droits de la femme est très jeune mais, ses réalisations dépassent ses 12 mois d’existence. En un an, pas mal de réalisations ont été effectuées comme des ateliers de formation pour les jeunes femmes, un programme d’accompagnement scolaire au bénéfice des enfants des quartiers populaires de Saint-Marc.

Selon Emilie Marcelin, Coordinatrice générale de l’organisation, les droits de la population sont bafoués. Les femmes sont les plus vulnérables, car elles sont les plus pauvres… Beaucoup sont victimes de kidnapping. «Au niveau de Bra Fanm, nous ne cessons de dire Non à ces abus, de condamner ces actes qui mettent en branle l’état de droit en Haïti», a-t-elle déclaré.

L’organisation prévoit d’organiser plusieurs autres activités dans la zone dont la deuxième édition de « Semenn Bra Fanm »,en novembre prochain, à l’occasion de la journée internationale de l’élimination contre toutes formes de violences exercées à l’égard des femmes et des filles.

Related posts

Collision d’automobiles à Petit-Gôave, les deux chauffeurs sont morts

Shylene Prempin

Report du référendum de la nouvelle constitution au 27 juin 2021

Loubert Corvil

Une grande première pour le Forum de l’environnement pour la jeunesse haïtienne

Jeff Thes

Leave a Comment